Madrid 29 mai 2024 – 17ème de Feria de San Isidro – Des toros et une faena de poids – Alejandro Talavante coupe une oreille de “Rebeco” de JP Domecq qui affichait 672 kg!

Après les derniers cinq jours de déceptions, on attendait la corrida de Juan Pedro Domecq avec les craintes et espoirs mélangés étant donnée la réputation de cet élevage aux succés et fiascos passés. La publication du sorteo du matin et les poids et âge des toros annoncés  – moyenne de 611 kg pour des cinqueños – faisaient pencher plutôt vers l’inquiétude et nouvelle déconvenue alors que, certains, rappelaient que bien des succès avaient été enregistrés avec des toros de poids de cette ganadería. Et la démonstration venait avec la corrida d’aujourd’hui, faite d’un lot de qualités variées, des mansos à divers degrés (2ème, 3ème et 4ème), les restants dont le comportement était lié aux circonstances de la lidia et le 5ème, celui de 672 kg. qui permettait une belle faena à Alejandro Talavante ayant retrouvé le caractère et la forme de faenas passées. Les deux autres, artistes andalous, Morante de la Puebla et Pablo Aguado laissaient sur le sable de Las Ventas des pincées d’art tauromachique.

Morante de la Puebla ne se trouvait pas très à l’aise avec son premier jp-domecq, qui lançait des derrotes en fins de passes alors qu’un joli tanteo augurait une bonne faena qui finalement ne vint pas. Pinchazos prudents et un descabello… Le 4ème, de bonnes hechuras malgré son poids de 583 kg. était reçu par un capoteo inégal, avec accrochages de la cape surtout de la corne gauche sur laquelle ce toro s’appuyait lors des deux piques. Joâo Ferreira était averti dans sa brega sur cette même corne. Malgré cela. Le tanteo par des passes par le haut et le bas ne semblaient pas tenir compte de ce défaut mais le toro lançait sa tête par le haut en fins de passes. On notait un bon derechazo au milieu d’une série et les naturelles se terminaient par un enganchón. Dans ces conditions, Morante prenait l’épée pour un pinchazo hondo, vertical et un trois-quarts de lame, tombée et croisée. Le seul geste “made in Morante” fut un quite par véroniques serrées et la demi-véronique au toro – le 3ème – de Pablo Aguado.

On retrouvait le Alejandro Talavante d’il y a quelques saisons à Madrid dans une faena dont on parlera au toro “Rebeco” de 672 kg. nº 173, né en noviembre 2018 qui dès les premiers capotazos montrait une belle charge… sans avoir été fixé. Il recevait une première pique assortie de la carioca, sans pousser trop fort, pour encaisser une deuxième puya, celle-ci  soutenue et appuyée par le picador. Les statuaires, un molinete et des ayudados par le bas donnaient le ton d’une faena qui se poursuivait par des passes serrées et muleta baissée. Grande série de la droite avec une arrucina  intercalée, passes par le bas et passe de poitrine après un changement de main. Les séries, par naturelles, cites pieds joints, des enchaînements au millimètre auxquels le toro répondait magnifiquement. La faena se terminait par des doblones d’une gestuelle parfaite, temple et muleta encore dominatrice. Malheureusement, après avoir cadré le toro devant le T10, l’estocade tombait trop bas pour que les deux oreilles fussent accordées, l’unanimité pour une seule récompensait, jusqu’à ce jour la meilleure faena de la feria. Le jp-domecq sorti 2ème portait des armures pointées vers le haut et une charge vive et longue que Alejandro Talavante recevait sans hésitation par véroniques et chicuelinas mais sa mansedumbre face au cheval était patente et lors du tercio de banderilles. AT, à genoux, visiblement décidé, devait supporter, dans cette position, une charge âpre et un mouvement de tête du toro menaçant. Debout, les naturelles liées semblaient avoir calmé ce toro incommode qui se freinait dans la série suivante. Sur la droite, cela devenait pire et AT renonçait à poursuivre. Il prenait l’épée pour porter, avec prudence, deux pinchazos et un ¾ de lame.

                                 

Pablo Aguado allait chercher au centre du ruedo un toro fuyard, le 3ème, en guise de brega pour le fixer finalement dans des véroniques, meilleures sur la corne gauche. Ce toro, filait vers le cheval et prenait une pique al relance, dans un contact violent qui provoquait une  chute et soulevait le cheval sous la deuxième, celle-ci trasera.  Morante s’avançait pour un quite par véroniques, serrées et la demi- véronique sous les protestations du public! Pablo Aguado repondait par des chicuelinas et une demi-véronique supérieure. Le magnifique tanteo d’une extrême élégance, passes de la droite, trincheras et molinete “maison”, ne permettait pas pour autant de corriger la tendance du toro à se désintéresser de la muleta. Il fallait, même,  aller le checher vers le toril.  À sa poursuite, difficile à cadrer, la mise à mort laborieuse faisait passer le temps et sonnait un avis. Le 6ème, un autre toro de poids, massif, fuyait mais il était entrepris dans un série de véroniques, au centre du ruedo, par des véroniques d’une extrême lenteur et la demi-véronique. Un régal. La suerte de varas était mouvementée, le toro contournait le cheval, le déplaçait, monosabio coleando, au premier contact, la deuxième pique n’était pas appuyée et le président ne répondait pas à la demande insistante de changement de tercio de Pablo Aguado. Donc, troisième pique… trasera. Le toro sortait “humilié” mais sans trop de charge ni de force. Le début de faena d’extême élégance sévillane, des ayudados por alto, deux kikirikis!, des passes suaves qui finalement révélait la grande qualité du toro, sa faiblesse aussi qui empêchait la faena de se développer. Deux pinchazos et un descabello étaient le point final d’une faena qui s’annonçait somptueuse…

            

Morante de la Puebla: bronca; silence. Alejandro Talavante: silence; une oreille. Pablo Aguado: un avis et silence; silence. Des cuadrillas on remarquait Curro Javier à la brega, Joâo Ferreira aux banderilles au 1er, aux ordre de Morante de la Puebla. Chaleur suffocante. Lleno de no-hay-billetes.

Georges Marcillac

Ce contenu a été publié dans Georges Marcillac Escritos, Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.