Madrid 31 Mai 2024 – 19ème de Feria de San Isidro – Oreille pour Borja Jiménez et torería de Uceda Leal.

Le lot de Santiago Domecq et un de Luis Algarra (4°) constitué après de nombreux exemplaires refusés lors du reconocimiento, a dans l’ensemble montré des carences en présentation et une bonne collaboration des 3ème et 5ème. Il y avait donc deux toros qui offraient aujourd’hui leurs oreilles et force est de constater de ni  Alejandro Talavante, ni Borja Jiménez ne furent capables d’en profiter à la hauteur des circonstances. Ce que les deux toreros ont eu en commun c’est le choix de techniques défensives au lieu de toreo fondamental. En ce qui concerne Talavante nous savons que c’est un choix qu’il a fait depuis un certain temps, après avoir connu une époque de toreo pur et sérieux. Pour Borja Jiménez la surprise est qu’on ne l’attendait pas dans un registre, par moments, superficiel. S’il s’agit d’un choix stratégique de carrière, l’attirance qu’ont les aficionados les plus exigeants pour son toreo, pourrait fondre à vu d’œil. À suivre.

José Ignacio Uceda Leal affronte en premier un toro terciado et lavado de cara. Il dessine des véroniques volontaires et élégantes en gérant le calamocheo et le vent. Très mal piqué le Santi Domecq s’emploie sans briller. Les chicuelinas de Talavante en quite sont brusques et inesthétiques. Les réactions du bicho durant la lidia sont électriques. Le tanteo d’Uceda Leal est suivi de deux séries de derechazos sans relief face à une charge difficile à canaliser. Les naturelles plus rythmées le sont grâce aux bonnes manières du matador. Le toro quant à lui manque de classe, sautille, garde la tête à m-hauteur avec calamocheo. Entière trasera et caída. Palmas et salut depuis la bouche du burladero.

Face au Luis Algarra, Uceda Leal dessine de somptueuses véroniques, mains basses, et demi-véronique sans une seule réaction du public. Le toro s’emploie sous une première carioca punitive puis s’abstient à la deuxième rencontre. Encore côté soleil, Uceda Leal réalise un début de faena splendide par le bas avec une économie de gestuelle. Les tentatives suivantes sont conditionées par le vent et la baisse de régime notable du toro. Le trasteo va a menos avec des muletazos isolés, de qualité, dans un ensemble disparate qui manque de cohésion. Pinchazo et entière desprendida. Palmas.

Le premier d’Alejandro Talavante, sous développé du train arrière, est passé en lances pieds joints par le matador au rythme du toro. Sous les deux piques, ce dernier subit plus qu’il ne combat. Les chicuelinas et la demi-véronique du quite de Borja Jiménez annoncent, face à la faiblesse du Santi Domecq, que le torero est décidé. La faena débute côté soleil, en protection contre le vent. Le bicho trébuche autant dans les muletazos en ligne que dans le pase del desprecio de remate. Talavante poursuit à gauche sans conviction, sans ligazón dans un trasteo bref et fade. Entière desprendida d’effet rapide. Silence.

Le cinquième est un exemplaire massif qui « humilie » dans la cape de Talavante. Celui-ci dessine des véroniques lentes en profitant d’une charge « templée ». Le toro par sa masse provoque un batacazo de la cavalerie puis pousse lors du second passage sous une pique trasera. Borja Jiménez réalise un quite serré par chicuelinas et revolera. Javier Ambel salue pour sa prestation relevée au second tiers, palos en main. Talavante démarre son trasteo par ayudados, cambio dans le dos et toreo par le bas. Les deux premières séries droitières profitent de la charge et se concluent par de multiples remates par le haut et le bas. Les naturelles, moins engagées, profitent d’une charge noble et collaborative du bicho. De nouveau à droite, Talavante torée en redondo sans laisser sortir le toro de la muleta et en agrémentant le tout de cambio dans le dos et changement de main enroulé. Une tentative de naturelles verticales et engagées est avorté pour passer à des passes à genoux de recours. Quelques derechazos, sur jambe fléchie gardent l’attention du public avant entière, avis et deux descabellos. Palmas.

Le troisième de Santi Domecq est protesté pour sa présentation malgré des cornes développées. Borja Jiménez dessine quelques véroniques intenses avant de devoir se résoudre à une brega. Ce toro, plutôt maigre, subit le tiers de piques sans y être piqué. Uceda Leal produit un bref quite. Brindis de Borja Jiménez au public. Côté soleil, il entame son travail par des doblones, genoux en terre, suivis de derechazos agenouillés en redondo. La série de derechazos suivante est dominatrice et profonde citant à distance avec des trajectoires plus rectilignes que courbes, le pase de pecho étant rendu compliqué par le vent. La série suivante a tout autant d’impact sur le public malgré la mobilité du torero entre les passes. Le passage à gauche introduit dans le trasteo un positionnement avantageux, surtout dans les passes de poitrine « citées » de loin, corps penché en avant. Le rythme de la faena est maintenu en employant des techniques avantageuses, particulièrement à gauche avec des toques por fuera. Un desarme est suivi d’une série sur les deux cornes dans le même style. Final à droite marginal dans une faena plus pensée pour les tendidos de soleil. Les adornos sont suivis d’un pinchazo et d’une estocade entière trasera et desprendida. Avis. Oreille et ovation au toro.

Le dernier de Santi Domecq est d’abord distrait. Le travail de cape se limite donc à une brega. Un bon tercio de varas d’Alberto Sandoval lui vaut l’ovation de Las Ventas. Brindis TV. La faena est lancée avec passes de costadillo, doblones dans lesquels le bicho accuse le coup. Il sautille, calamocheo en plus, dans des derechazos plus volontaires qu’esthétiques. Le torero ne domine pas l’animal et le trasteo s’en ressent. Tout est brusque ou accroché. La tentative à gauche est infructueuse et le torero est mis en difficulté. Il insiste à droite plus en bagarre qu’en maîtrise. Entière caída portée au pas de course. Silence.

René Arneodau

Ce contenu a été publié dans Madrid. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.